Vous êtes ici : > Accueil > 71% des salariés se déclarent opposés à la fiscalisation des indemnités journalières

71% des salariés se déclarent opposés à la fiscalisation des indemnités journalières

31/01/2010 10:29 par Admin Admin

Dans un sondage réalisé les 27 et 28 novembre dernier par IPSOS pour la FNATH et publié le 7 décembre par le journal Le Parisien / Aujourd’hui en France , 71% des salariés se déclarent opposés à la fiscalisation des indemnités journalières.
Par ailleurs, 96% des personnes sondées sont favorables à ce que la législation soit modifiée afin de permettre la réparation intégrale des victimes du travail (93,1% chez les sympathisants de l’UMP).

Enquete_IJAT

- Les résultats de l’enquête Ipsos
- Les résultats détaillés

65% des personnes interrogées se déclarent opposées à la fiscalisation des indemnités journalières perçues par les victimes d’accidents du travail ou de maladies professionnelles. Ce pourcentage monte même à 71% pour les salariés. Les cadres supérieurs sont autant opposés à cette mesure que les ouvriers (respectivement 71.3% et 71,6%), alors que le pourcentage des personnes opposées montent à 75,1% dans les professions intermédiaires.
La proposition de Jean-François Copé ne convainc que les sympathisants du Front national (52% d’avis favorable). En revanche, elle n’a réussi à convaincre que 47,3% des sympathisants de l’UMP.
Alors que le gouvernement a lui-même chiffré à 10% l’augmentation nécessaire des contributions des employeurs à la branche AT-MP pour maintenir le pouvoir d’achat des victimes du travail (annexes budgétaires de la loi de finances pour 2008) et que le président de la République a fait du maintien du pouvoir d’achat un axe fort de sa politique, 63% des salariés se déclarent favorables à ce que les employeurs soient mis à contribution afin d’augmenter les indemnités journalières pour compenser la baisse de pouvoir d’achat induite par cette fiscalisation pour les victimes du travail.
A la dernière question posée par la FNATH sur l’amélioration de la réparation des victimes du travail, la réponse est sans appel : en effet, 96% des personnes sondées sont favorables à ce que la législation soit modifiée afin de permettre la réparation intégrale des victimes du travail (93,1% chez les sympathisants de l’UMP). Les sondés qui se définissent comme artisans, commerçants ou chefs d’entreprise y sont favorables à 96%, les ouvriers à 97,6% et les agriculteurs à 100%.
La réponse à cette dernière question légitime l’annonce faite le 2 décembre par Marie-Anne Montchamp de déposer une proposition de loi sur la réparation intégrale des victimes du travail. Nous comptons d’ailleurs sur vous pour soutenir cette proposition de loi, qui constitue le véritable « rendez-vous de l’équité » concernant les victimes du travail.



Partager

Les commentaires sont fermés.

Réalisé avec © Franceasso.org