Vous êtes ici : > Accueil > Revalorisation de l’allocation aux adultes handicapés. Une revalorisation insuffisante. Un avenir incertain.

Revalorisation de l’allocation aux adultes handicapés. Une revalorisation insuffisante. Un avenir incertain.

10/04/2012 15:41 par Admin Admin

Au 1er avril, l’allocation aux adultes handicapés sera revalorisée de 2,2%, avant une autre augmentation d’ores et déjà prévue pour le 1er septembre. Mais après, le montant de la revalorisation reste incertain. Alors que la FNATH continue de réclamer un véritable revenu d’existence pour les personnes handicapées, les intentions des candidats à l’élection présidentielle ne sont pas toujours très claires et laissent les personnes handicapées sans réponse.

La revalorisation de 2,2 % de l’AAH au 1er avril et au 1er septembre est ainsi conforme à la promesse du Président de la République de revaloriser cette allocation de 25% sur 5 ans. Il n’en reste pas moins que cette population tente de survivre avec cette allocation, dont le montant reste inférieur au seuil de pauvreté. Par ailleurs, la FNATH rappelle que les personnes handicapées ont été soumises à des mesures d’économies budgétaires qui les ont durement touchées, en particulier dans l’accès à la santé et aux soins, avec les franchises médicales, les déremboursements de médicaments, la hausse du forfait journalier hospitalier ou encore la fiscalisation des indemnités journalières des victimes du travail. Par ailleurs, les pensions d’invalidité et les indemnités journalières restent exclues de cette politique de revalorisation.

Dans ce contexte et en vue des prochaines élections présidentielles, la FNATH maintient sa demande d’instaurer un revenu d’existence décent pour les personnes handicapées. Elle a ainsi demandé à chacun des candidats s’ils envisageaient de revaloriser les ressources des personnes handicapées, in valides et malades (AAH et pensions d'invalidité) au cours du prochain quinquennat ?

Les engagements de François Hollande sont pour le moins timides : « ce que nous pourrons faire en la matière dépendra bien évidemment de la situation des finances publiques ». Mais il précise que «l’évolution du montant de l’AAH doit s’inscrire dans le cadre d’une réflexion plus large sur les minima sociaux pour les mettre en cohérence entre eux ».
Contrairement à il y a 5 ans, Nicolas Sarkozy annonce aucune revalorisation de l’AAH pour le prochain quinquennat, mais s’engage à « se mobiliser particulièrement » en faveur de l’accès à une qualification ou à un emploi pour les personnes handicapées.
François Bayrou explique, sans plus de précisions, que « nous devons garantir aux personnes handicapées, invalides et malades des conditions de vie décentes ».
Deux candidates s’engagent pour une revalorisation de l’AAH pour le prochain quinquennat, à hauteur de 50% pour Eva Joly et de 33% pour Marine Le Pen. La première « envisage à terme la création d'un revenu d'existence, qui fera l'objet dans un premier temps d'une expérimentation ». Enfin, Nathalie Arthaud, Jean-Luc Mélenchon, Jacques Cheminade et Philippe Poutou s’engagent à fixer le montant de l’AAH à hauteur du SMIC.

Retrouvez l’intégralité des réponses sur www.fnath2012.org


Partager

Les commentaires sont fermés.

Réalisé avec © Franceasso.org