Vous êtes ici : > Accueil > 4ème jour de carence. Nul part il n’est écrit qu’il faut s’attaquer aux indemnités journalières

4ème jour de carence. Nul part il n’est écrit qu’il faut s’attaquer aux indemnités journalières

08/12/2011 13:57 par Admin Admin

Le gouvernement a confirmé aujourd’hui qu’un quatrième jour de carence serait appliqué aux salariés du privé en arrêt maladie, soit presque une semaine de travail. Cette mesure va pénaliser les personnes qui ne bénéficient pas de couverture par leur entreprise, et qui, en outre, devront faire face à de multiples frais pour se soigner (franchises médicales, dépassements d’honoraires…). Nul part il est écrit qu’il était nécessaire de s’attaquer aux indemnités journalières : d’autres pistes auraient pu être choises.

Pour remédier à l’abandon de son projet initial de modification du calcul des indemnités journalières, le gouvernement a confirmé aujourd’hui l’instauration d’un 4e jour de carence. Cette mesure va pénaliser les travailleurs les plus précaires ou ceux dont l’entreprise ne prend pas les jours de carence en charge. Après les franchises médicales, l’augmentation des mutuelles, le déremboursement des médicaments, les malades vont maintenant devoir payer presque une semaine d’arrêt de leur poche. De quoi en faire réfléchir plus d’un !

Pour trouver les 200 millions d’euros, d’autres pistes auraient pu être choisies par le Gouvernement, comme la limitation des exonération de charges sociales qui pèsent sur la sécurité sociale ou bien encore dans le montant du transfert entre la branche accidents du travail et maladies professionnelles, qui est excédentaire, au profit de la branche maladie pour couvrir les frais liés à la sous-déclaration des accidents du travail et maladies professionnelles. La commission chargée d’évaluer ce montant avait donné une fourchette allant de 587 millions à 1,1 milliards d’euros. Le Gouvernement a fixé le montant de ce transfert à 790 millions d’euros, soit un montant inférieur de 330 millions à l’estimation haute de la commission, une somme bien supérieure aux 200 millions d’euros !

Partager

Les commentaires sont fermés.

Réalisé avec © Franceasso.org